C’est quoi ? C’est devenu quoi ?

De nombreuses personnes sur le territoire et hors de notre territoire parlent de Biovallée. Mais c’est quoi au juste ?  Il semble bien que la réponse ne soit pas si claire pour tout le monde. Voici quelques clefs pour mieux comprendre.

Les années 70 ont souligné l’exode rural.  Pourtant, en parallèle de nouveaux acteurs se sont installés sur le territoire, enchantés par cette belle vallée et ses possibilités.  Ces pionniers, armés d’un discours différent, ont implanté des fermes d’élevage, de l’agriculture biologique, des plantes aromatiques. Pour nombre d’entre eux, il s’agissait d’un retour à la terre avec un esprit tourné vers le « durable », la protection des sols et de la nature, le biologique.

Années 80

Un groupe d’élus avertis a poussé pour un nettoyage en profondeur de la rivière Drôme. En effet, au fil des années, la rivière Drôme était devenue un dépotoir ; non seulement elle servait de décharge à ciel ouvert  mais les stations d’épuration étaient inexistantes. Avec l’obligation d’installation de stations d’épuration, l’interdiction de décharge et aussi de se servir en gravier, sable ou bois le long du cours d’eau, la rivière est devenue rapidement la rivière la plus propre d’Europe. Ce succès vaudra au territoire de recevoir le premier prix mondial RiverPrize en Australie pour la gestion de l’eau en 2005, devançant 450 candidats issus de 35 pays !

2009 – 2014 : le GPRA

En 2009, la région Rhône-Alpes fait de la démarche Biovallée un de ses sept projets GPRA (Grand Projet Rhône-Alpes) emblématiques, innovants et précurseurs du futur.

Avec l’implication des communautés de communes de toute la vallée, cet appel à projet de la Région a été mis en place sur 5 ans entre 2009 et 2014.

Le comité de pilotage de ce projet s’est voulu ouvert sur l’ensemble du territoire et de ses habitants. En effet, le projet a apporté des subventions à hauteur de 10 Millions d’euros, générant en cofinancement jusqu’à 48 millions d’euros : une vraie bouffée d’oxygène pour le territoire !

Des 191 projets portés par le GPRA, 115 projets l’étaient par les collectivités et 76 par des porteurs de projets privés. De multiples domaines sont concernés : énergies renouvelables, agriculture biologique, agro-alimentaire bio et circuits courts, filières économiques nouvelles (chanvre, bois), plantes aromatiques et médicinales, cosmétique bio, éco-construction, tourisme vert et responsable, éducation à l’environnement et à la citoyenneté, tri des déchets, recyclage automobile, conseil, formation, accompagnement des acteurs, collaboration avec de nombreux organismes de recherche.

2012 – Création de l’association Biovallée

A mi-chemin du GPRA, les responsables ont pensé que cette belle expérience tendant à faire de la vallée un lieu d’excellence en matière d’écologie et de développement durable ne devait pas s’arrêter.  C’est pourquoi ils sont convenus de la création de l’association Biovallée.  Par convention et pour que vive cette association, les 3 intercommunalités ont alors décidé de la financer  à hauteur de 1€ par habitant.  C’est toujours le cas actuellement.

Une association pour faire quoi ?

L’association a pour but principal de promouvoir le développement durable sur toute la vallée, ses entreprises, ses associations, ses habitants et aussi  de promouvoir la marque Biovallée.  Il repose sur les 4 piliers du développement durable : Economique, Social, Environnement, Gouvernance.

Le financement venant des communautés de communes et des cotisations des adhérents permet le salariat d’un secrétaire général qui encadre des groupes de travail et répond aux questions autant internes à la vallée qu’externes du reste du monde.

En effet, le paradoxe veut que la « Biovallée » soit plus et mieux connue à l’extérieur du territoire qu’à l’intérieur.  Nous en voulons pour preuve les nombreux articles parus dans différents magazines français et européens. (cf. iPES Food…).

Aujourd’hui, c’est quoi l’association Biovallée ?

Depuis deux ans  les 3 collèges (Entreprises, Associations, Collectivités) formant le Conseil d’Administration se sont ouverts à un 4èmecollège, celui des Habitants.  Le CA est composé de 20 personnes, 5 de chacun des collèges.

A ce jour, l’association des acteurs de Biovallée réunit plus de200 adhérents, dont 50% d’ entreprises.

En 2017, l’association avait répondu à un premier appel à projets de la Caisse des Dépôts et Consignation (CDC), ratant de près l’exigence demandée sur les projets présentés alors.  Mais le fait que l’association Biovallée fonctionne avec le support de 3 intercommunalités et près de 100 communes, qu’elle soit en territoire rural, qu’elle réfléchisse son avenir en terme de durable a incité les dirigeants de la CDC à pousser l’association à présenter un nouveau projet, en accord et avec l’aide de la CDC et des intercommunalités.

Depuis quelques mois, l’association  des acteurs de Biovallée porte ce nouvel  appel à projets (AAP) national, le TIGA (Territoire d’Innovation et de Grande Ambition). Cet AAP porte sur 470 millions d’euros pour la France promouvant la mise en place de projets autour du développement durable.  Chaque projet présenté  doit être équivalent ou supérieur à 1,5 millions d’euros.  Autant dire que pour ce qui concerne notre vallée, il est évident que nous devons travailler ensemble, porter les projets en transversal.

Et cela est rendu possible par la volonté des élus des 3 communautés de communes.  Et leur accord pour que l’ensemble du projet soit piloté par l’association des acteurs de Biovallée, structure travaillant sur l’ensemble de la vallée.

Après une réflexion à l’échelle du territoire de la Biovallée, cherchant des projets globaux autour de 4 sujets : Mobilités, Energies, Economie circulaire, Agro-écologie, le Numérique et la Recherche en transversal, le développement de ces projets se réalise avec les techniciens des intercommunalités de la vallée et avec l’aval décisionnaire de nos élus.

Pour rappel, alors que la place du biologique au niveau France est d’environ 8%, celle de la Drôme de 15%, celle de la Biovallée de 30% avec le Diois qui culmine à 50% : nous sommes décidément un territoire d’excellence !

Les autres sujets 

Le travail de l’association des acteurs de Biovallée ne se limite pas au TIGA.  L’association intervient dans de nombreux domaines.  A l’animation de groupes de travail avec les éco-hébergeurs, autour de l’agro-écologie,  s’ajoutent des interventions à l’extérieur du territoire : INRA Montpellier, Agropolis et ses 1ères assises territoriales en agro-écologie ; visite du et vers le Portugal, visite de l’Espagne, et visites de la Wallonie avec son ministre de l’écologie : nous sommes devenus un exemple avec des structures extérieures qui cherchent, pensent, améliorent des solutions avec nous.  Dernièrement un groupe venant d’Australie est venue visiter la Biovallée : une nouvelle occasion de leur présenter des entreprises et associations emblématiques du territoire.

Par ailleurs, l’association Biovallée animera le premier colloque des PPAM bio (Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales) les 12 et 13 mars 2020.  C’est aussi à ce titre que l’association a été  invitée au  Salon de l’Agriculture 2019 à Paris sur le stand de LaDrôme (journée spéciale des PPAM).

En prospective, l’association Biovallée va proposer dans les mois qui viennent des réunions d’information à destination de tous les acteurs du territoire, qu’ils soient élus, entrepreneurs, dans l’associatif ou des habitants.  Cela devrait permettre à chacun de s’interroger sur l’intérêt de l’association, de poser des questions et de donner envie de travailler avec l’association pour porter le projet de territoire encore plus loin.

 

 

Réseaux sociaux

Suivez nos dernières actualités

Le projet Biovallée se construit avec nos partenaires

Pin It on Pinterest

Share This