Une collaboration pour la journée internationale de l’eau

Le 22 mars est traditionnellement devenu la journée internationale de l’eau.  L’association Biovallée a décidé d’en profiter pour animer une demi-journée sur l’eau, organisée en partenariat avec le Syndicat Mixte Rivière Drôme (SMRD).  Elle était suivie des Entretiens de Biovallée, organisés deux à trois fois par an en collaboration avec la Société de Mathématiques Appliquées et de Sciences Humaines (SMASH) sur des thèmes liés au développement durable, à l’écologie ou sur des sujets prégnants d’actualité.

Des ateliers

Les trois ateliers proposés l’après-midi ont réuni une cinquantaine de personnes.  François Dubocs de la Chambre d’Agriculture est venu rappeler le travail qu’il suit sur le territoire de la Biovallée notamment, pour ce qui concerne l’irrigation en agriculture.  Il a permis de poser les limites de ce qu’il est possible de faire en matière d’usage de l’eauLes agriculteurs présents au débat ont rappelé pour certains les problèmes qu’ils rencontrent face à l’exigence de l’Etat et aux normes en place.  Pour d’autres il s’agissait de démontrer qu’une autre agriculture est possible qui se base sur des alternatives en matière de filière entrainant une moindre nécessité de recours à l’arrosage, encourageant des circuits courts bio et locaux.

Un autre atelier a permis aux personnes présentes de faire un état des lieux du potentiel transfert de compétences de l’eau aux intercommunalités. Sujet brûlant qui fait couler beaucoup de salive qu’on y soit favorable ou pas. Olivier Tourreng, vice-président de la CCD en charge du dossier avait accepté de venir en débattre accompagné d’Emilie Belmont, technicienne de la CCD qui travaille sur ce dossier et de Chrystel Fermond, directrice du SMRD.

Le dernier atelier, autour de Fabrice Gonnet du SMRD, se proposait de faire le point sur le cadre de vie que constitue la rivière Drôme, sa biodiversité, le tourisme.

Les échanges ont été nombreux, riches. Ils pourraient se poursuivre dans des groupes de travail sous l’égide de l’association Biovallée.

Une conférence

Introduite par Lyliane Orand, vice-présidente de l’association Biovallée en charge de l’organisation des Entretiens de Biovallée, la soirée de ces Entretiens de Biovallée sur l’eau a rassemblé environ 80 personnes venues écouter d’abord Bernard Barraqué, chercheur au CNRS, travailleur invétéré sur l’eau depuis de nombreuses années. Heureux d’être présent,  Bernard Barraqué qui découvrait notre Biovallée s’est dit favorablement surpris par le nombre d’initiatives positives de notre territoire. Il a brossé un portrait intéressant de la gestion de l’eau au niveau national avec des comparaisons avec  d’autres pays, rappelant des fondamentaux entre Environnement, Economique et Ethique.

Gérard Crozier, président du SMRD et Chrystel Fermond , sa directrice ont ensuite retracé le long parcours de la création du premier SAGE (Schéma d’Aménagement de la Gestion de l’Eau) de France jusqu’aux dispositifs mis en place actuellement, qui vont d’ailleurs se poursuivre dans les semaines qui viennent et auxquels les citoyens sont invités à participer.

Derniers dans l’ordre d’apparition de la soirée, Jérôme Veauvy, entreprise Veauvy à Crest et Pascal Molle de l’Institut National de Recherche en Sciences et Technologies pour l’Environnement et l’Agriculture (IRSTEA) ont présenté le projet sur lequel ils sont en train de travailler.  Ce projet sera d’ailleurs soutenu par le SMRD et présenté au TIGA (appel à projets Territoire d’Innovation et de Grande Ambition) géré transversalement pour les 3 intercommunalités de la vallée par l’association Biovallée.  Il s’agit du traitement des eaux usées à destination de l’agriculture.  Le suivi par l’IRSTEA s’avère capital sur ce projet concernant la recherche puisque, avant d’être remises dans le circuit de l’agriculture, les eaux usées devront être traitées mais garder les substances pouvant enrichir les sols et leurs cultures. Vaste débat autour des possibles influences néfastes, par exemple de médicaments, sur la différence entre le retour d’eaux traitées directement vers l’agriculture ou vers la rivière… dont l’eau est pompée pour l’agriculture.  Il est à noter qu’une collaboration pourrait être mise en place sur ce projet entre l’IRSTEA et le CNRS.

Les nombreuses questions se sont croisées tant sur les problèmes locaux que sur des sujets plus généraux ; les intervenants répondant chacun par rapport à leur domaine. M. Barraqué a notamment pu conforter certains points soulevés dans un contexte local par son point de vue plus général.

Philippe Huyghe, président de l’association Biovallée, concluait en revenant  sur le positionnement affirmé et étonnamment mature de notre jeunesse.  L’eau, prétexte de cette soirée, nous a porté vers un élargissement obligatoire au durable sous tous ses aspects, une nouvelle fois !

Lyliane Orand, vice-présidente de l’association Biovallée

Contact : communication@biovallee.net

Réseaux sociaux

Suivez nos dernières actualités

Le projet Biovallée se construit avec nos partenaires

Pin It on Pinterest

Share This