Les dirigeants de la communauté J’entreprends en Biovallée se sont retrouvés à l’usine de Charles & Alice à Allex le 19 avril dernier. Fabien Ployon, directeur industriel du groupe, a conduit la visite et présenté les principaux enjeux et projets de transformation écologique de l’entreprise. 

 

Une marque construite autour de l’origine France et du « sans sucres ajoutés »

Le groupe Charles & Alice fabrique des desserts aux fruits sur deux sites industriels à Allex et Monteux dans le Vaucluse. La marque Charles & Alice s’est construite autour de l’origine France et du « sans sucres ajoutés ». Le premier savoir-faire de l’entreprise, c’est formuler des recettes révélant le goût authentique des produits. Les pommes, fruits de base des compotes, sont cueillies en moyenne à moins de 160 km de l’atelier de fabrication et sont issues de vergers éco-responsables.

 

Vers une économie circulaire des matières d’emballage

Sur le plan industriel, il faut rentrer dans l’usine et faire face aux chaînes de production pour comprendre que l’entreprise maîtrise aussi un autre savoir-faire, la production de pots plastiques. Des machines de thermoformage transforment des feuilles plastiques en emballages dans lesquels sont dosées les compotes. Ce conditionnement permet la distribution des produits.

Les emballages sont un premier enjeu de la transformation écologique de l’entreprise. Jusqu’à récemment, les pots étaient fabriqués avec des matières plastiques mélangées, non recyclables. Charles & Alice a démarré en mars 2021 des pots recyclables pour la restauration hors domicile. Son objectif est que tous les contenants soient recyclables à court terme.

 

Préserver l’eau, c’est vital pour le territoire et l’entreprise

Le site industriel d’Allex a une grosse consommation d’eau. L’usine puise cette eau dans la nappe puis la restitue propre après son passage dans une station d’épuration privative. En 20 ans, la quantité d’eau utilisée par tonne de pommes a largement baissé. “Nous avons fait des progrès. Mais c’est encore trop et il nous faut poursuivre nos efforts”, poursuit Fabien Ployon, directeur industriel du groupe.

Il y a 18 mois, l’entreprise a investi 2 millions d’euros dans un nouvel équipement de réception des pommes à sec. Cette nouvelle unité permet d’améliorer la gestion des approvisionnements avec le tri des pommes selon leurs origines ou variétés, mais aussi de réaliser d’importantes économies d’eau. Avec les autres projets prévus, 80% de réduction de la consommation d’eau sont attendus d’ici 2025.

 

L’énergie au coeur des enjeux de résilience financière et économique

Un premier parc photovoltaïque de 1500 m2 produit déjà l’équivalent de 5% de la consommation électrique du site. Un projet complémentaire d’ombrières de parking doublera prochainement la production. L’entreprise poursuit ses investigations vers de nouvelles technologies plus légères pour équiper ses toitures et l’autoconsommation pour baisser ses factures. Son ambition est d’atteindre 40% d’électricité renouvelable à horizon 2025.

Le principal enjeu énergétique du site concerne la production de chaleur pour la cuisson des fruits. Un investissement est prévu dans une nouvelle chaudière. A la demande de la direction, les équipes techniques étudient toutes les solutions possibles pour remplacer le gaz : le bois, l’hydrogène, l’électricité… Ce n’est pas la volonté de mieux faire qui manque. Surtout en ces temps de guerre en Ukraine, avec l’explosion des prix et le risque d’une rupture d’approvisionnement. Mais il faut bien passer de la théorie à la réalisation à un moment donné. Difficile d’égaler le gaz sur le plan de la gestion technique. Les réflexions se poursuivent autour de l’idée d’un changement en plusieurs étapes si besoin, en prédisposant l’outil industriel.

 

Fabien Ployon conclut la visite avec cette note d’espoir, qui est aussi un conseil sur la posture à adopter au sein des entreprises. “Les choses évoluent très vite. Ce qui était une ineptie il y a 4 ans, peut devenir une solution. Il est nécessaire de réévaluer sans cesse les technologies et les solutions industrielles pour aller vers les plus vertueuses”.