Le premier « inter-forum jeunes » a réuni des élèves du lycée Armorin (Crest), de l’Institut Notre-Dame (Valence) et de la MFR de Mondy (Bourg-de-Péage), le samedi 7 mai à Livron. Leurs enseignants, conseiller principal d’éducation ou documentaliste, mais aussi des élus de la ville de Livron et des animateurs et animatrices des associations partenaires étaient présents à leur côté. Cette journée a clôturé une série d’ateliers menés dans des établissements scolaires et ouvert de nouvelles perspectives en terme de coopération territoriale vers un futur désirable, autour des jeunes.

Ces actions s’inscrivent dans le cadre du projet MOBITER (Mobilisation Territoriale vers un futur désirable) porté par le Laboratoire de la Transition, en partenariat avec l’association Biovallée.

5 ateliers dans 5 établissements du secondaire

Des ateliers ont été animés dans 5 classes de 5 établissements du secondaire du département. Un atelier, ce sont deux demi-journées par classe pendant lesquels les lycéens se penchent sur le changement climatique et sa chaine de causes à effets, partagent les émotions que cela suscite en eux et enfin débattent sur les modalités de passage à l’action, tant à titre individuel qu’en groupe.

Ces interventions se sont appuyées sur une mallette pédagogique réalisée par l’équipe du Laboratoire de la Transition et ses partenaires, avec la contribution scientifique et méthodologique d’Agnès Bergeret, chercheuse indépendante et formatrice.

De l’envie d’agir à la projection sur son territoire

Lutte contre le gaspillage alimentaire dans les cantines, renaturation des cours d’école, mise en lumière de la parole des jeunes à travers la vidéo… 6 projets ont été présentés par une quinzaine de lycéens motivés et pleins d’espoir lors de l’inter-forum.

Ensuite, Jean-Pascal Abdelli, directeur d’Elixens a présenté les engagements environnementaux de son entreprise, et Morgane Régnier, directrice de Dromolib son activité de promotion de l’écomobilité. Le fonds de dotation territorial Klub Terre – Agir ensemble était aussi présent. Il souhaite apporter un soutien financier aux projets des jeunes. Ces témoignages ont permis de faire connaître quelques initiatives concrètes et locales en faveur de la transition écologique et sociale.

L’après-midi, les participants ont pu vivre une rêverie guidée, puis se projeter en 2032 autour de la Fresque de la renaissance écologique pour réinventer demain autour de chantiers comme l’éducation, la biodiversité, l’alimentation, le transport…

Une émission radio de RDWA, dans le cadre du programme Il est une vallée, viendra prochainement illustrer l’élan de cette journée. Ce premier projet a renforcé pour ses animateurs l’envie de travailler avec les jeunes et les établissements scolaires pour construire l’avenir ensemble.