Avec le projet EducEcoRegion, l’association Biovallée se rapproche d’autres biodistricts en Europe et découvre les différentes facettes de ce mode de développement rural.

 

A Majorque, l’agrotourisme peut-il supplanter le tourisme balnéaire ?

La Société espagnole pour l’agriculture biologique et l’agroécologie (SEAE) a organisé un séminaire à Majorque du 4 au 8 octobre 2021. Thématique centrale : la mise en valeur de la dimension paysagère des biodistricts.

Sur une île dont l’activité économique est concentrée sur le tourisme de masse côtier, l’intérieur des terres, la Serra Tramuntana, a choisi un modèle alternatif de développement. Les revenus issus de l’écotourisme de proximité et de la vente de productions agricoles de qualité, comme l’huile d’olive, permettent la restauration et la préservation du paysage historique local.

Pour illustrer cette démarche, les partenaires espagnoles ont organisé la visite de deux fermes biologiques, restaurées et mises en culture à des fins pédagogiques et touristiques. Les visites ont été commentées par deux universitaires, sur la dimension historique du lieu et sur le nouveau modèle touristique proposé aux collectivités autour des spécificités locales.

 

São Pedro Do Sul, le bien-être au cœur du renouveau rural

La municipalité de São Pedro Do Sul s’est lancée dans la démarche biodistrict récemment, en juillet 2019. D’un côté, cette région possède un fort atout touristique grâce à la présence de sources chaudes nationalement reconnues dans le tourisme thermal. Ces sources permettent aussi de chauffer une partie des logements et bâtiments de la ville. De l’autre côté, les périphéries montagneuses souffrent d’un exode rural important.

Le biodistrict de São Pedro Do Sul a donc engagé une démarche volontariste de promotion de l’agriculture biologique. Parmi les projets phares montrés par l’association portugaise pour l’agriculture biologique Agrobio durant le séminaire de mars, citons le soutien à la mise en place de jardins biologiques dans les écoles, l’adaptation des sentiers pédestres aux itinéraires bio (en parcourant les principaux lieux biologiques) ou l’accompagnement de la réhabilitation d’un village de montagne en voie de désertification (Covas do Monte).

 

66 biodistricts européens, 66 manières d’être biodistrict

Ces temps de séminaires sont l’occasion de confronter la réalité de différents territoires européens au modèle initial des biodistricts. Née et popularisée en Italie, cette notion de biodistrict se manifeste différemment au delà des frontières italiennes. Elle se teinte des couleurs nationales et territoriales, amenant à repenser le cadre même du modèle. Au delà de la question agricole et alimentaire, les biodistricts traitent d’un large éventail de problématiques : tourisme durable, tissu social, revitalisation rurale, qualité des paysages, respect des milieux et de la biodiversité en tant que patrimoine naturel… Des temps de travail dédiés durant les séminaires ont permis de confronter les sujets que brassent chaque biodistrict, afin que de nouveaux territoires puissent à leur tour s’approprier cette notion dans le respect de leur trajectoire propre, et rejoindre le réseau.