Chiffrer ses émissions de gaz à effet de serre, prendre conscience de ses impacts et de sa vulnérabilité, pour s’engager et agir. Tel est l’objet du Bilan Carbone. Une première formation d’initiation à la méthode s’est tenue le 18 novembre, à l’initiative de l’association Biovallée. Plusieurs grandes entreprises de la vallée s’engagent dans la démarche. Elixens a pris les devants.

Une première formation qui s’inscrit dans une stratégie globale de l’association

L’association Biovallée a signé le 18 mai un accord de partenariat avec l’association Bilan Carbone. Son ambition : accompagner les entreprises adhérentes dans la réalisation de leur Bilan Carbone. Dans ce cadre, elle a organisé une première session de formation collective d’initiation à la méthode sur le territoire. Un groupe de 13 stagiaires a été constitué pour cette première. Les entreprises de la communauté J’entreprends en Biovallée ont proposé chacune une à deux personnes. Elles ont bénéficié des conditions d’inscription privilégiées, en contrepartie de leur mécénat à l’association Biovallée.

La formation s’est tenue en deux parties :

  • une partie en e-learning (15 heures) ouverte du 23 septembre au 17 novembre,
  • une journée en présence (7 heures) le 18 novembre, à L’Usine Vivante à Crest.

Outre son intérêt pédagogique, cette rencontre en vrai a permis de créer ou renforcer des liens entre les responsables techniques des entreprises. La convivialité était au rendez-vous pendant les temps de travail, mais aussi le déjeuner et la visite du lieu d’accueil.

Deux salariés de l’association Biovallée, Tao Carpentier et Yannick Régnier, se sont formés à la méthode Bilan Carbone à cette occasion. Ils accompagneront les représentants des entreprises au fil des étapes de la réalisation de leur Bilan Carbone, à travers une animation de réseau et un appui collectif et individuel. Par ailleurs, l’association Biovallée se saisira de la cartographie des flux des entreprises pour mieux identifier les potentielles synergies industrielles et territoriales, et préfigurer des projets coopératifs.

Prochainement, l’association Biovallée mobilisera d’autres entreprises et d’autres publics dans cette dynamique carbone territoriale. Vous voulez en savoir plus ? Contactez-nous à eit(a)biovallee.net

Elixens intègre l’évaluation carbone à son action environnementale

Plusieurs mois avant la mise en place de cette démarche collective, Elixens avait déjà entamé la réalisation de son Bilan Carbone. Cette initiative s’inscrit dans une intention stratégique globale de l’entreprise. Sous l’impulsion de son directeur Jean-Pascal Abdelli, elle s’engage à réduire son impact sur l’environnement dans le cadre de sa charte environnementale. Elixens entend ainsi formaliser ses pratiques historiques. Elle prend en compte l’écologie depuis toujours, comme Monsieur Jourdain fait de la prose. Son nouvel enjeu : accélérer l’adoption de pratiques vertueuses, dans son organisation et avec ses parties prenantes.

Elixens inscrit son action dans une vision systémique des enjeux écologiques, autour de 4 axes :

  • Le développement des produits bio et naturels dans les applications de ses clients ;
  • La réduction de ses émissions de gaz à effet de serre à son niveau comme en amont, au niveau agricole ;
  • La réduction de sa consommation d’eau ;
  • La préservation de la biodiversité.

Pour structurer sa démarche environnementale, Elixens élabore une feuille de route composée des briques suivantes :

  • un recensement des flux et des indicateurs relatifs à un impact environnemental ;
  • la mise en forme d’un bilan avec l’année 2020 comme référence ;
  • l’adoption d’objectifs quantifiés à l’horizon 2025 ;
  • la définition d’un plan d’action et de suivi.

Le Bilan Carbone est l’un des outils saisis pour quantifier son impact et rendre compte de ses avancées en matière environnementale. L’analyse est conduite en interne par Céline Mouret, responsable réglementaire HSE. Elle s’est formée à la méthode en avance sur ses confrères de J’entreprends en Biovallée. Les premiers résultats de ce travail sont instructifs. Ils révèlent l’ampleur de certains postes d’émissions, dont l’impact était sous-évalué en première intuition. Le plan d’actions sur 2022-2025 sera défini et formalisé en conséquence.

Céline Mouret peut maintenant partager son retour d’expérience et ses enseignements sur le Bilan Carbone et d’autres sujets, au sein de la communauté technique animée par l’association Biovallée.