Dans le cadre d’un séminaire européen, l’association Biovallée a organisé une journée de colloque sur le Campus de l’Ecosite à Eurre, le 19 mai 2022. L’association a profité de la présence des représentants de nombreux biodistricts européens, d’Italie, d’Espagne et du Portugal, pour faire profiter au plus grand nombre de leur expérience et leur témoignage.

Lire aussi | Une semaine de collaborations fructueuses entre biodistricts européens en Biovallée

Les échanges pendant le colloque ont permis de mettre en valeur les convergences et divergences entre différents territoires ruraux en transition à travers l’Europe. Une cinquantaine de participants étaient présents lors de cette journée parmi lesquels des institutions locales et régionales, associations, centres d’études et de recherche, représentants du monde agricole ainsi que des entreprises publiques.

En savoir plus | Consultez les actes du colloque européen

Ecoutez les enregistrements audio des trois tables rondes :

Ce premier colloque a marqué le réengagement de Biovallée au sein du réseau INNER et pose une première brique de la stratégie de diffusion et d’essaimage portée par l’association Biovallée, afin de partager savoirs, expériences et inspirations dans un esprit d’hospitalité, de solidarité et de coopération entre territoires ruraux européens en marche dans leur transition.


Voici le parcours des intervenants, comprenant les invités d’honneur venant des biodistricts d’Italie, d’Espagne et du Portugal et les hôtes et témoins français.

Claude Veyret, administrateur de l’association Biovallée au nom d’Ecologie au quotidien, a introduit cette journée de colloque. Claude intervient aux quatre coins de France, comme formateur et débatteur sur l’écologie et l’éducation populaire, le territoire, sa culture et son agriculture ainsi que sur les questions de  souveraineté alimentaire. Il a stimulé le partenariat entre Biovallée et le biodistretto Cilento il y a près de 10 ans, à travers des voyages apprenants entre nos territoires ruraux en transition.

 

1ère table ronde : En quoi l’entrée agricole et alimentaire est motrice d’une transition plus globale ?

Quelles sont les dynamiques qui traversent les territoires, quelle émergence et quelle évolution ? En amont de ces dynamiques territoriales, quelles sont les différentes portes d’entrées et en particulier celle de l’agriculture et de l’alimentation ?

Lamia Latiri-Otthoffer, chercheure à la Bergerie Nationale de Rambouillet, référent français du programme européen EducEcoRegions, est diplômée en écologie du territoire et d’un doctorat en sciences humaines, paysage et agriculture à l’Université Paris Panthéon-Sorbonne. Au sein du département Agricultures et Transitions de la Bergerie Nationale, elle est en charge de la conception et de la réalisation de documents audiovisuels ainsi que des partenariats. Au sein du réseau INNER, elle est en charge d’identifier des potentiels biodistricts français et met en avant la relation entre la qualité des produits et des paysages comme leviers pour l’émergence et le développement des biodistricts.

Raffaele Basile est responsable de la communication du biodistrict italien du Cilento et du réseau INNER. Avocat de formation, il a travaillé au sein d’un réseau juridique international d’étude et de gestion des problématiques juridiques qui a été partenaire du groupement européen d’intérêt économique. Il travaille sur un livre concernant les biodistricts, pour en faire une promotion sensible et inspirante.

Pierre-Antoine Landel, ingénieur agricole et consultant en aménagement et développement territorial, est chercheur associé à l’UMR PACTE. Il a travaillé plus de 20 ans sur le territoire Biovallée au sein d’organisations professionnelles, syndicats agricoles et collectivités territoriales. Egalement ancien enseignant-chercheur en géographie et aménagement à l’université Grenoble-Alpes pendant 20 ans, ses travaux portent sur les dynamiques territoriales notamment dans les arrière-pays méditerranéens. Il s’intéresse aujourd’hui aux processus de transmission d’expériences-connaissances et de transition dans les territoires ruraux.

 

2ème table ronde : Quel est l’intérêt d’une approche et d’une mise en réseau européenne et internationale ?

Quel intérêt d’une mise en réseau nationale, européenne et internationale ? Quels enjeux et quels apports pour les biodistricts membres ? Doit-on se réunir à une échelle globale pour échanger sur la question de la transition des territoires ruraux ?

Karine Melzer, présidente de l’association Biovallée et responsable de la gestion et des partenariats de la radio Rdwa, a été responsable nationale de l’animation du réseau des CRESS (Chambres régionales de l’économie sociale et solidaire). Elle a réalisé formations et accompagnements auprès de plusieurs associations, a dispensé des cours sur la Recherche-action auprès d’étudiants et co-pilote un projet entre la Drôme et le Sénégal. Impliquée dans l’association Biovallée depuis la création du collège habitantes et habitants en 2017, elle en a pris la présidence en janvier 2022.

Anna Gasquet, directrice de la Maison de l’Europe Drôme-Ardèche, labellisée EUROPE DIRECT Drôme Ardèche, agit auprès du grand public en informant sur l’Union européenne, en animant le débat européen et en conseillant les citoyens et porteurs de projets sur les opportunités d’échanges, de partages d’études et de travaux, de solutions de financements et de collaborations de projets. Elle travaille avec un réseau diversifié de partenaires sur les deux départements ainsi qu’en région Auvergne-Rhône-Alpes : associations membres et partenaires, collectivités territoriales, comités de jumelages, instituts culturels et linguistiques et autres centres EUROPE DIRECT en France.

Eric Gall est directeur-adjoint d’IFOAM Organics Europe, mouvement et organisation pour l’intégrité et le développement de l’agriculture biologique en Europe. L’IFOAM Europe, qui fête ces 20 ans cette année, représente près de 200 membres dans 34 pays européens, dans l’élaboration des politiques européennes concernant l’agriculture biologique et l’ensemble de la chaîne alimentaire biologique. N’ayant pas pu être présent lors de cette journée, il nous transmet une vidéo amorçant la dynamique des biodistricts en Europe ainsi que le soutien d’IFOAM Organics Europe dans leur essor et développement.

Salvatore Basile est secrétaire général du biodistrict du Cilento, président du réseau international INNER et co-président de l’Alliance mondiale pour les districts biologiques (GAOD). Agronome de formation, spécialiste de la gestion durable des territoires et dans la création de réseaux ruraux locaux, il a structuré en 2004 le modèle de biodistrict grâce à l’expérience du territoire du Cilento. Egalement responsable de la planification et des activités scientifiques dans plus de 20 projets internationaux, il intervient au sein de conférences, congrès et divers ateliers concernant l’agriculture biologique, l’agroécologie et l’agriculture sociale. Il travaille sur le potentiel et les conditions de transition d’un territoire rural pour devenir biodistrict.

Jaime Manuel Carvalho Ferreira est président, depuis 2009, de l’association portugaise d’agriculture biologique Agrobio, fondée en 1985 à Lisbonne. Il possède un profil technique au travers de ses différents diplômes en foresterie, agriculture tropicale et biologique et a été impliqué au sein de diverses structures : association environnementale, commission de certification en AB, projet de réinsertion sociale de détenus grâce au patrimoine et directeur technique du Parques de Sintra, ayant pour mission de rassembler les structures de sauvegarde et de valorisation du paysage de la municipalité de Sintra à l’ouest de Lisbonne. Grâce à son profil pluridisciplinaire, il analyse et affine les outils et stratégies pour le développement des biodistricts au Portugal.

 

 3ème table ronde : Comment mettre en mouvement un territoire pour qu’il devienne biodistrict ?

Comment inciter les territoires ruraux à s’engager dans la dynamique biodistrict ? Quel rôle pour Biovallée et son association, dans une volonté d’essaimage de son territoire rural de référence en matière de transition écologique, sociale et économique ?

Aina Calafat Rogers œuvre au sein de la société espagnole d’agriculture agroécologique (SEAE) en tant que responsable du plaidoyer et des projets internationaux. Aina a travaillé pendant près de 20 ans en tant que directrice technique au conseil baléare de la production agricole biologique, au service d’amélioration de l’agriculture et de la pêche mais également pour la mise en œuvre de systèmes de certification publics dans différents pays d’Amérique latine. Elle est membre du comité de pilotage du groupement d’intérêt agricole d’IFOAM Organics Europe et vice-présidente d’IFOAM AgriBioMediterraneo. La SEAE travaille actuellement, en collaboration avec INNER et les acteurs locaux, pour le développement d’un biodistrict à Serra de Tramuntana, à Majorque.

Cesare Zanasi est professeur à l’Université de Bologne, en Italie. Son domaine d’enseignement porte sur l’analyse socio-économique des systèmes alimentaires. Au cours des 20 dernières années, son intérêt s’est porté sur le développement durable des systèmes alimentaires et des zones rurales. Il est actuellement coordinateur scientifique du réseau INNER et responsable de la coordination des groupes de travail de l’alliance GAOD.

Jean Serret, président de la communauté de communes du Val de Drôme en Biovallée, est un élu local de terrain investi dans un travail de coopération entre territoires. Il s’efforce de stimuler la créativité et les initiatives locales pour fédérer et créer l’unité autour de projets à valeur ajoutée pour le territoire et ses habitants. Président de la communauté de communes depuis 1993, il a notamment contribué à la réhabilitation de la rivière Drôme et initié la création de la marque et de l’association Biovallée.

Un premier rapport d’étape par Claude Veyret : «Biovallée, biodistricts : territoires vivants, territoires d’avenir»

Conclusion de Karine Melzer et un prochain colloque prévu pour 2023 !