Sous les arbres… formons-nous !

Dans le cadre du programme « Sous les arbres, rejoignons-nous », un cycle de formation est proposé afin de continuer la mobilisation et permettre la montée en compétence autour des thèmes de l’arbre et de la biodiversité.

Cette année, le cycle de formation a déjà rassemblé autour d’une initiation à la greffe sur sauvage animée par François Goldin de la pépinière des Alvéoles et d’une formation sur la gestion de l’eau animée par l’EPNS et PermaLab.

Ce samedi 9 avril a eu lieu la troisième formation de ce cycle avec l’association Lysandra autour de la création de mare à Beaufort-sur-Gervanne. Cette formation s’inscrit dans un projet de création de mare à l’initiative de l’association et de la commune de Beaufort afin de valoriser le verger communal réalisé avec les habitants dans le cadre du programme « Sous les arbres » en 2021.

Cette réalisation a été organisée et portée financièrement par l’association Lysandra avec l’appui de la DREAL Rhône-Alpes et une participation de la municipalité. 

Les mares, zone à fort enjeu de biodiversité

Les zones humides et les mares sont des espaces essentiels pour la biodiversité. Elles permettent la vie d’espèces spécifiques des milieux humides (amphibiens, libellules, etc.) et deviennent des lieux autours desquels la biodiversité va pouvoir s’articuler : la faune pour venir s’y abreuver, les chauves-souris pour y chasser, etc. Le nombre de zones humides a fortement diminué depuis un siècle, que ce soit pour des causes humaines ou naturelles, il apparaît donc essentiel non seulement de protéger celles qui existent mais aussi d’en recréer.

 

Chantier collectif

Après un temps d’apport théorique autour des mares dans la matinée, l’après-midi a laissé place à la pratique. Un trou d’environ 7m par 5m et 80 cm de profondeur avait été creusé au préalable à l’aide d’une mini-pelle. Toutefois, les bèches, les pioches et les pelles dont était armée la grosse vingtaine de participants ne sont pas restées inactives. En effet, bien que le trou soit déjà creusé, reste le travail d’aménagement de la mare pour lui donner le dessin propice avant la pose de la bâche. Il est par exemple important de veiller à ce que la mare soit composée de zones de différentes profondeur pour permettre l’implantation de diverses espèces aquatiques, ou encore que les pentes ne soient pas trop raides pour faciliter la sortie des amphibiens. Ces aménagements réalisés, la pose de la lourde bâche a été rendue bien plus facile par le nombre de bras présents, et grâce à l’efficacité et à l’entrain des participants il a été possible de terminer ce chantier collectif dans les temps (et non pas dans l’étang).

Après avoir été épargnés pendant presque tout l’après-midi, ce n’est que lorsque la bâche fut posée qu’une averse est tombée, venant ainsi couronner notre travail en commençant à remplir la mare. Mais il faudra sans doute encore plusieurs grosses pluies avant que la mare atteigne le niveau souhaité. Des aménagements de la flore pourront se faire plus tard. La faune elle, trouvera toute seule le chemin de cette nouvelle zone humide…

 

A propos des formations

Un autre cycle de formations est également en cours avec les centres sociaux et espaces de vie sociale de la vallée. Ces formations sont à destination de leurs adhérents et publics : familles, séniors, habitantes et habitants. Co-financées par la Fondation Huilerie Richard, ces formations permettent de parler de biodiversité plus largement et de sensibiliser d’autres publics à sa connaissance et sa préservation.